Le Radeau pour Cythère

Watteau / Géricault / Rivierre
(1718 – 1819 – 2016)

Cette installation est constituée d’une palette standard EUR EPAL (dite palette Europe) et d’une guirlande de fanions aux couleurs des pays membres de l’Union européenne.



Son titre fait référence à deux peintures anciennes (aperçu ci-dessus) : L’Embarquement pour Cythère (1718, Antoine Watteau)  représente quelques amants partant pour l’île de Cythère (à la pointe sud du Péloponèse entre mer Égée et Méditérannée), qui est l’île des plaisirs amoureux depuis que la mythologie grecque y situa la naissance de la déesse Aphrodite. Le Radeau de la Méduse (1819, Théodore Géricault) est une représentation d’un naufrage historique dû à l’incompétence de son capitaine et qui fit scandale par l’abandon et la mort d’un grand nombre de marins.

Cette pièce a été créée en 2010, avant la crise migratoire actuelle. L’installation considérait alors la position des citoyens européens qui, embarqués dans les années 50 pour la construction d’une paix durable, se retrouvent aujourd’hui pris dans les griffes d’un monstre administratif sans âme n’existant que pour une guerre économique sans projet.
Mais l’actualité a depuis dramatiquement dépassé ce constat, migrants et réfugiés échouant sur nos côtes victimes de leurres plus cruels encore. Loreleï s’étrangle désormais et les sirènes de Méditerranée font orgie.
Julian Rivierre (2016)



Photos de l'installation 2010 :




Photo de l'installation 2016 :